Rechercher
  • natarajsadhana

LE POIDS DU KARMA, FAKE NEW ?


par Colette Roumanoff.

Pour tout le monde, en Occident comme en Orient, la culpabilité fleurit sur l’arbre du bien et du mal. Elle se met partout comme le chiendent, plus on la coupe, plus elle repousse.

Le karma, un mot sanskrit qu’on ne traduit plus, est devenu à la mode sous nos latitudes, ce mot magique permet de faire passer la culpabilité d’une existence dans l’autre. Si vous allez mal aujourd’hui c’est que vous portez le poids d’actions passées mauvaises, commises dans une autre vie ! C’est ainsi qu’on recycle la bonne vieille culpabilité d’origine biblique sous le prétexte d’une affinité avec des connaissances anciennes et indiscutables tirées du Vedanta.


Swamiji fait dire aux écritures indiennes exactement le contraire : personne n’a jamais rien fait de mal, ni dans cette vie ni dans une autre.

Le poids du karma est une « fake new » de plus, une manière nouvelle de renouveler la morale judéo-chrétienne en se servant d’un mot sanskrit, d’expliquer aux autres ce qu’ils n’auraient pas dû faire et qu’ils ont fait, c’est pourquoi ils sont punis.

Swamiji demandait à ceux qui n’étaient pas convaincus par une position aussi radicale et qui se sentaient pétris de remords : Avez-vous agi délibérément et après avoir réfléchi ou étiez-vous emporté par une émotion ?


Un mari est venu voir Swamiji, avec l’idée de lui donner tort sur la formule personne n’a jamais rien fait de mal . Il lui a déclaré : – J’ai trompé ma femme, je savais que c’était mal et pourtant je l’ai fait ! Swamiji lui a demandé de se souvenir de son état exact au moment où il a décidé de faire ce qu’il se reproche aujourd’hui. L’homme, au bout d’un long moment, a fini par reconnaitre qu’il s’était dit en voyant une belle femme qui lui manifestait de l’intérêt : – Oh ! je vais gagner quelque chose. Oui, cela me fera du bien ! Cela s’est avéré « une erreur » par la suite, mais au moment où il l’a fait il a cru que « c’était bien, vraiment bien ». Emporté par son émotion, il ne pensait qu’au plaisir qu’il allait avoir et qui lui paraissait un bien supérieur à toute autre chose. Il ne s’est jamais dit : « je suis un homme mauvais. Je vais faire le mal. » A postériori, il a réécrit une histoire mensongère, qui lui permet de se noyer dans le remords :« J’ai trompé ma femme, je savais que c’était mal et pourtant je l’ai fait ! » que Swamiji a facilement démontée et remise à l’endroit.

C’est en faisant des erreurs que l’on apprend, que l’on augmente notre connaissance du monde et de nous-mêmes, que l’on accroit son pouvoir. Savoir c’est pouvoir.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout